Accueil À propos Actualités

Actualités

  • le site presse de Hyundai Motor France

    Êtes-vous journaliste professionnel ? pour d'avantage d'informations, connectez-vous sur notre site presse.

    Cliquez ici
Conférence L’Hydrogène Aujourd’hui - La réalité pour la mobilité hydrogène en France
le 27 septembre, 2018


Sous l’impulsion de Hyundai Motor France, tous les acteurs de la filière hydrogène se sont réunis pour la toute première fois vendredi 21 septembre à Paris.


  • - Présidée par Bertrand Piccard, Fondateur et Président de la Fondation Solar Impulse, la conférence L’Hydrogène Aujourd’hui a donné la parole à tous les acteurs de la filière hydrogène : le fournisseur d’énergie avec Air Liquide, l’agence publique de l’environnement avec l’ADEME, l’équipementier automobile avec Faurecia, l’utilisateur avec la société de taxis HYPE et le constructeur automobile avec Hyundai. 
- A l’occasion du lancement de NEXO, le SUV électrique alimenté à l’hydrogène, Hyundai souhaitait interpeller les pouvoirs publics concernant le déploiement de la filière en France quatre mois après l’annonce du plan gouvernemental.

La Garenne-Colombes, le 27 septembre 2018

Hyundai, pionnier dans le développement de cette énergie alternative, est le premier constructeur automobile à avoir massivement investi dans la technologie hydrogène, depuis 2013. 

Convaincu que c’est une des solutions pour assurer une mobilité décarbonnée (autonomie importante, temps de recharge court), le constructeur commercialise cette technologie dans 17 pays dont 13 en Europe. NEXO, seconde génération de véhicule à pile à hydrogène arrive d’ailleurs en France cet automne. Avec un réseau d’infrastructures encore embryonnaire, son utilisation reste difficile. 

Quatre mois après l’annonce du plan gouvernemental, la conférence L’Hydrogène Aujourd’hui du 21 septembre à Paris a offert à tous les acteurs de la filière l’opportunité de s’exprimer sur la réalité de l’hydrogène en France.

« L’hydrogène ce n’est pas le futur, c’est déjà le présent. Car l'hydrogène se fait des amis, là où la batterie se fait des ennemis. Avec la recharge d’une batterie, on court-circuite les pétroliers, les distributeurs et le taxateur. Avec l’hydrogène on intègre tous les acteurs qu’on veut convaincre, on ne s’oppose pas à eux. Comme l’hydrogène devient rentable, son utilisation est logique, et pas seulement écologique. »
Bertrand Piccard, Fondateur et Président de la fondation Solar Impulse

« En Allemagne, au Japon et aux Etats-Unis, nous avons fait une partie du chemin qui permet à l'écosystème hydrogène de démarrer. Les constructeurs automobiles, les pétroliers, les fournisseurs de gaz se sont rassemblés, grâce à quoi on peut compter 10 000 véhicules électriques à hydrogène en circulation et près de 300 stations hydrogène qui ont aujourd'hui la capacité de recharger 200 000 véhicules. Cela montre que l'industrie est capable de se concerter pour mettre en place des schémas de développement vertueux, et pas seulement dans la mobilité. L’hydrogène va devenir absolument incontournable pour décarbonner de nombreux autres secteurs, des transports lourds à l'industrie, l’enjeu est donc totalement systémique. »
Pierre-Etienne Franc, Directeur de l’activité Mondiale  Hydrogène Energie du groupe Air Liquide

« L’hydrogène ne vas pas être la seule solution mais l’un des éléments de la boîte à outils de la transition énergétique pour améliorer la qualité de l’air dans nos villes et avoir plus d’autonomie dans nos véhicules. Maintenant, est-on obligé de reporter la fiscalité de l’essence sur l’hydrogène au lieu de la reporter sur ceux qui émettent le plus de CO2 ? Pourquoi taxer quelque chose qui est propre alors qu’on veut tendre vers une fiscalité écologique ? »
Fabrice Boissier, Directeur Général délégué de l’ADEME

« La mobilité zéro émission est légitime et personne ne la remet en cause. En revanche personne n’évoque la façon d’y arriver. C’est pourquoi travailler sur l’hydrogène est très important car nous sommes convaincus que c’est une des solutions crédibles de la mobilité de demain. Il ne faut en revanche pas opposer électrique à batterie et électrique à hydrogène, chaque technologie doit trouver son type d’utilisateur, les deux ont leur place sur nos routes. »
Lionel French Keogh, Directeur Général de Hyundai Motor France

« Nous avons des compétences d’intégrateur systèmes ainsi que des expertises pointues dans le domaine de la catalyse et des fluides aujourd’hui appliquées aux systèmes d’échappement. Ces compétences clés nous permettent de nous positionner sur la pile à combustible d’un côté, et nos compétences en composites nous ouvre la voix des réservoirs à hydrogène. Notre objectif est de diviser par deux les coûts de ces produits quand les constructeurs automobiles l’on déjà divisé par 10 en quinze ans. Ceci sera possible par l’adoption de nouvelles technologies d’une part et la performance industrielle d’autre part. »
Christophe Aufrère, Directeur de l’innovation de Faurecia

« On peut faire plein de choses avec un véhicule à batterie, mais on ne peut pas imaginer transformer 18 000 taxis et VTC à Paris en véhicule à batterie. Avec l’hydrogène en revanche, on a la capacité de dire à un chauffeur qu’il va arrêter de polluer tout en continuant à travailler comme avant. On nous pose toujours la question de l’autonomie mais le vrai sujet pour nous c’est le temps de recharge. Et quand il est réduit à quelques minutes, l’autonomie n’est plus un problème. »
Mathieu Gardies, Fondateur PDG de HYPE

L’intégralité de la conférence ainsi qu’une interview exclusive de Bertrand Piccard sont à revoir sur la page Facebook de Hyundai Motor France