A propos

  • le site presse de Hyundai Motor France

    Êtes-vous journaliste professionnel ? pour d'avantage d'informations, connectez-vous sur notre site presse.

    www.presse.hyundai.fr
Le retour de Shackleton : Le Hyundai Santa Fe, conduit par l'arrière-petit-fils de Sir Ernest Shackleton, à la conquête de l'Antarctique
le 20 avril, 2017


30 jours d'expédition pour achever la première traversée du continent le plus froid et le plus sec de la Terre à bord d'un véhicule particulier.


- Un Hyundai Santa Fe standard de 2.2-litre diesel légèrement modifié a traversé le continent depuis le camp Union Glacier jusqu'à McMurdo puis est revenu. À son volant, Patrick Bergel, arrière-petit-fils de Sir Ernest Shackleton.
- L'expédition a fait l'objet d'un petit film réalisé par Hyundai - à retrouver sur : http://shackletonsreturn.hyundai.com/fr/ ou www.youtube.com, pour le premier visionnage de ce fantastique voyage.

La Garenne Colombes, 20 avril 2017

Hyundai a marqué l'histoire lorsqu'un Santa Fe de série, équipé d’un moteur diesel 2.2 litres, est devenu le premier véhicule particulier à traverser le continent Antarctique depuis le camp Union Glacier jusqu'à McMurdo pour ensuite revenir. Le Santa Fe a été conduit par Patrick Bergel, arrière-petit-fils du légendaire explorateur polaire, Sir Ernest Shackleton.

Un court métrage, commémorant le centenaire de l’expédition transantarctique héroïque de Shackleton entre 1914 et 1917, a été réalisé par Hyundai. Relatant ce voyage qui a eu lieu en décembre 2016, ce film sera présenté pour la première fois ce soir lors d'un événement à l'Hospital Club, à Londres.

Scott Noh, directeur du groupe marketing de la division Overseas de Hyundai Motor, a déclaré : « Nous étions au courant de l'histoire de Sir Ernest Shackleton et en tant qu'entreprise, nous avons ressenti une résonance avec son courage et son esprit pionnier.  Notre film est un hommage à sa mémoire et grâce à Patrick, son arrière-petit-fils, son rêve de traverser l'Antarctique a été réalisé 100 ans plus tard. Nous espérons que les gens verront la marque Hyundai autrement que comme une marque dédiée à l’automobile. »

Tout au long de ces 30 jours d'expédition et grâce à quelques modifications afin d'être équipé d'énormes pneus à faible pression, le Santa Fe a pu effectuer 5 800 km sur un terrain glacé et dans des conditions difficiles. Il ne suffisait pas de parcourir des distances extrêmes à des températures pouvant descendre jusqu'à moins 28 degrés Celsius, il fallait également trouver de nouveaux itinéraires sur des plaques de glace flottante, jusqu'alors jamais empruntés par une automobile.

Patrick Bergel a déclaré : « Ce voyage fut incroyable et la voiture était très agréable à conduire. Parfois, on avait plus l'impression de naviguer sur la neige que de conduire. C'était une véritable expédition, avec un défi à relever, qui n'avait jamais été tentée auparavant. Il était question d'endurance et non de vitesse. Nous ne roulions en moyenne qu'à 27 km/h. Notre réussite reposait sur la façon dont nous et la voiture gérions les événements.

« Je suis très réticent en ce qui concerne les comparaisons entre ce que nous avons accompli récemment et entre ce que mon arrière-grand-père a accompli dans le passé, compte tenu de la différence des conditions pour le faire. Mais c'est quelque chose que d'être les premiers à réussir cette épreuve à bord d'un véhicule particulier. »

Gísli Jónsson, l'un des experts les plus talentueux de la conduite en Antarctique, était en charge de la préparation du véhicule avant l'événement et a ensuite mené l'expédition.

Jónsson raconte : « C'était une Santa Fe classique. Le moteur, le système de gestion, la transmission, le différentiel avant et l'arbre de transmission n'ont pas été modifiés. Nous devions l'équiper de gros pneus à faible pression. Ils sont très importants car ils permettent de maintenir le véhicule sur la neige pour éviter qu'il ne s'y enfonce.

Nous roulions avec un dixième de pression normale d'un pneu traditionnel. C'est tellement souple que vous pouvez rouler sur la main de quelqu'un sans le blesser ! La voiture a progressé si légèrement qu'une fois revenu sur nos traces, ces dernières avaient toutes disparu.

Afin de s'ajuster aux pneus, la garde au sol du véhicule a dû être surélevée. Le véhicule s'est paré d'un châssis neuf et de nouvelles suspensions. Des engrenages ont également été ajoutés à l'intérieur des moyeux de roue pour gérer les différentes forces et pour parvenir à faire tourner les roues plus lentement afin de conserver la même vitesse.

Les seules autres modifications ont été d'augmenter la capacité du réservoir, de modifier le véhicule pour qu'il fonctionne au Jet A-1, le seul carburant disponible sur le continent, et d'installer un système de préchauffage du moteur pour affronter le froid.

« Les gens, qui ont l’expérience de l’Antarctique, savent ce qu'endurent les machines : en gros, tout tombe en morceaux. Même les grosses machines finissent par casser », déclare Jónsson.

« Ce fut la première fois que la traversée complète fut tentée, sans parler du retour. Pour beaucoup de gens, nous n'allions pas y arriver. Lorsque nous sommes rentrés, ils n'arrivaient pas à croire que nous l'avions fait ! »

Il vous est possible de voir le film sur le site http://shackletonsreturn.hyundai.com/fr/ ou www.youtube.com